Après Brel, après Brassens, un autre monument de la chanson française nous a quittés, dans l'indifférence générale. Bézu, interprète inoubliable et engagé de la chanson révolutionnaire "A la queue leu leu" (écrite par Guy Lux, autre écorché vif du patrimoine culturel français) est donc parti, laissant de nombreuses discomobiles orphelines.
Afin d'honorer la mémoire de ce grand homme, le blog observe une ligne de silence.

(Voilà.)